Aller au contenu principal

Cérémonie des voeux aux centres industriels de l'Andra dans l'Aube

La traditionnelle cérémonie des vœux des centres de l’Andra dans l’Aube s’est tenue mardi 28 janvier devant une assemblée réunissant plus de 210 personnes.

Patrice Torres, directeur des centres industriels de l’Andra dans l’Aube, a tout d’abord présenté, en avant-première, les résultats* d’une étude sur l’empreinte socio-économique des centres de l’Aube, réalisée par le cabinet Utopies portant sur l’exercice 2018. Cette analyse montre notamment que le fonctionnement et les activités de ces centres ont permis de soutenir près de 600 emplois dans l’Aube dont plus de 360 sur la communauté de communes Vendeuvre-Soulaines. Le directeur est ensuite revenu sur un épisode particulier de 2019 au cours duquel l’Andra a été à tort mise en cause au sujet de la présence d'eau radioactive dans un captage de Sauvage-Magny. Au-delà du travail nécessaire pour expliquer et démontrer de manière scientifique que les activités du Centre de stockage de l’Aube (CSA) ne pouvaient pas être à l’origine de cette radioactivité, « cet épisode nous a permis de nous réinterroger sur la façon d’informer le plus simplement possible sur des sujets complexes tels que l’hydrogéologie des centres », a précisé Patrice Torres.

Pierre-Marie Abadie, directeur général de l’Andra, a également assuré que l’Agence prenait toute la mesure « des inquiétudes qui ont pu traverser la population » et cherchait « les meilleurs moyens pour faire circuler les bonnes informations et faire de ce sujet une opportunité pour parler davantage de nos sujets de manière objective et en se basant sur des faits. » Le directeur général s’est aussi félicité du bon avancement des projets sur les centres de l’Andra dans l’Aube : « Au CSA, l’installation contrôle colis, en fonction depuis plus d’un an, a trouvé son rythme de croisière et correspond aux attentes que nous nous étions fixées ; sur le Cires, le projet d’augmentation de capacité du site à emprise comparable est engagé. »

Autre événement important qui a marqué 2019 pour l’Andra : la tenue du débat public dans le cadre du Plan national de gestion des matières et déchets radioactifs (PNGMDR), au cours duquel il a été question de la prise en charge des futurs déchets de très faible activité (TFA). « Pour ces déchets, je reste convaincu que la seule manière d’avancer sera d’avoir une approche pragmatique au cas par cas », a précisé Pierre-Marie Abadie. La gestion des déchets FA-VL (faible activité à vie longue) – autre sujet du débat public PNGMDR -, a également été évoqué par le directeur général : « En 2019, l’Andra a produit un rapport sur les orientations de sûreté pour le stockage en faible profondeur. Sur cette base, nous proposerons en 2020, différents scénarios de répartitions des déchets FA-VL entre les filières, où le 3e centre dans l’Aube aura toute sa place dans un ensemble de solutions complémentaires. »

*Tous les résultats de cette étude seront très prochainement mis en ligne.

Partager cette page