Aller au contenu principal

L'Andra, un acteur économique à part entière dans l'Aube

Quelle est l’empreinte socio-économique des centres de l’Andra dans l’Aube ? C’est ce que l’Agence a cherché à savoir en menant une étude via un cabinet spécialisé. Patrice Torres, directeur des centres industriels de l’Andra dans l’Aube, revient sur les principaux résultats et enseignements de cette étude.

Patrice Torres, directeur des centres industriels de l'Andra dans l'Aube

A quelles fins l'Andra a-t-elle fait réaliser cette étude ?

Patrice Torres : Lorsque l’on évoque l’« empreinte » de l’Andra sur son territoire d’accueil, on désigne la plupart du temps son empreinte environnementale, et c’est bien logique. Mais l’Agence a aussi des impacts socio-économiques qui nécessitent d’être évalués de façon objective avec des méthodes reconnues. En 2012, l’Andra avait déjà commandé une étude de ce type et nous avons souhaité renouveler l’exercice pour mettre à jour nos données. Cette nouvelle étude livrée en 2019 a été réalisée par le cabinet Utopies qui a analysé les données de 2018.

Nous sommes par ailleurs souvent interrogés par des représentants de pays ayant un projet de gestion de leurs déchets radioactifs. Ils souhaitent connaître les impacts socio-économiques locaux de nos activités industrielles pour répondre aux interrogations de leurs populations. Combien d’emplois seront créés ? Quelles seront les retombées financières ? Ce sont des questions légitimes que se posent les riverains de toute future installation industrielle. Enfin, ce type de données peut apporter un éclairage utile aux collectivités locales dans le cadre de la gestion de leur territoire.

Quels sont les principaux enseignements de cette étude, concernant les territoires de l’Aube ?

Sans aucun doute, les centres de l’Aube ont un impact réel et positif sur la création d’emplois pérennes. Par exemple, à l’échelle de la communauté de communes de Vendeuvre-Soulaines, les 362 emplois soutenus par les activités de l’Andra représentent 17 % des emplois de ce territoire. À l’échelle du département de l’Aube, le nombre d’emplois soutenus est de 557. Je retiens que les activités de l’Andra dans l’Aube représentent une vraie plus-value au bénéfice des territoires d’implantation. Il s’agit d’un impact en progression constante et durable, puisqu’on constate davantage d’emplois en 2018 qu’en 2012, à l’échelle du département de l’Aube, qu’ils soient directs (189 en 2012 contre 231 en 2018) ou indirects/ induits (92 contre 218). La nouveauté de cette étude, usant d’outils algorithmiques (cf. encadré) est d’avoir analysé les retombées « catalytiques », c’est-à-dire les activités dont l’existence ou le développement dépend de la présence de l’Andra (108 emplois dans l’Aube).

Avez-vous été surpris par certains résultats ?

Nous ne nous attendions pas à une évolution aussi élevée sur l’emploi (557 à l’échelle du département de l’Aube). Autre donnée notable qui ressort de cette étude : la richesse créée exprimée en PIB* par habitant pour la communauté de communes de Vendeuvre-Soulaines est de 17 869 € contre 12 685 € si l’Andra n’était pas implantée sur ce territoire.

*Produit intérieur brut

 

 

 

 

Lire le document de synthèse

L'Andra dans l'Aube, c'est :

0

emplois directs

0M€

de création de richesse

0

emplois soutenus

Méthodologie de l'étude

Cette étude a été réalisée à l’aide de Local Footprint®, un outil très performant leader sur le marché français des études d’impact économique. Il mesure les impacts directs, indirects et induits sur différents niveaux géographiques (du plus local au national). En prenant en compte près de 100 indicateurs (démographie, activités économiques, tourisme, conditions de vie, etc.), il permet de réaliser un diagnostic complet. « L’économie locale a été reproduite en version numérique, explique Arnaud Florentin, directeur associé d’Utopies, avec la possibilité de jouer sur des variantes, en retirant l’apport lié à l’Andra par exemple, pour voir comment les résultats s’en trouvent modifiés. »

Partager cette page