Aller au contenu principal

Médecine nucléaire : dans les coulisses du service de l’hôpital de Troyes

Depuis 1996, le service de médecine nucléaire du centre hospitalier de Troyes se dédie au diagnostic et au suivi de cancers, d’hyperthyroïdies, d’embolies pulmonaires, ou encore de pathologies inflammatoires. Et pour garantir des soins de qualité en toute sécurité, les mesures de radioprotection et la gestion des déchets radioactifs y font l’objet d’une vigilance et de contrôles minutieux. Reportage.

Entrée du service

Premier établissement de soins de l’Aube, le centre hospitalier de Troyes a ouvert il y a 25 ans un service dédié à la médecine nucléaire. Situé dans le bâtiment Bernadette Chirac, il s’étend aujourd’hui sur deux niveaux, en rez-de-chaussée et en premier sous-sol, et compte 2 médecins nucléaires, 9 manipulateurs en radiologie, 4 secrétaires médicales, 1 physicien médical et 2 personnes compétentes en radioprotection (PCR). Un personnel spécialisé auquel s’ajoutent les 5 membres de la radiopharmacie, appelé le « laboratoire » dans le jargon du service, où sont préparés les traceurs radioactifs administrés aux patients.

Ici, 6 000 personnes sont accueillies chaque année pour la réalisation d’examens TEP (tomographies par émissions de positons) et de scintigraphies. « C’est la partie imagerie. Nous avons aussi une unité thyroïde avec un endocrinologue qui dispose d’un échographe et du panel d’examens qu’on peut réaliser en médecine nucléaire », décrit le docteur Ahmed Chetouani, chef du service.

En revanche, le service ne pratique pas de radiothérapie interne, laquelle nécessite d’avoir des chambres plombées pour traiter les patients hospitalisés sur plusieurs jours. « Mais nous avons une activité de thérapie “légère” praticable en ambulatoire, ajoute le docteur Chetouani. Le patient vient, prend son traitement – des gélules d’iode pour le traitement de l’hyperthyroïdie ou des synoviorthèses(*) pour les pathologies articulaires –, puis peut partir dans la journée sans procédure particulière. »

« Quand les membres du personnel entrent dans cette zone, ils doivent être porteurs de dosimètres. »

Félix Lalle, coordinateur de médecine nucléaire du centre hospitalier de Troyes

En zone limitée

Néanmoins les entrées et sorties dans le service sont contrôlées avec attention. Radioprotection oblige. Le service est ainsi divisé en deux zones : au rez-de chaussée l’accueil et les bureaux administratifs et en sous-sol le laboratoire et les salles dédiées aux examens. « Plusieurs salles d’injection du côté TEP et du côté scintigraphie qui permettent d’injecter le radiotraceur aux patients. Une salle dans laquelle on fait faire des épreuves d’efforts aux patients qui réalisent des scintigraphies myocardiques. Une salle de ventilation pour réaliser cette fois des scintigraphies pulmonaires permettant d’étudier la répartition de la distribution de la ventilation dans les poumons », précise encore le chef du service.

Dans cette partie, on est en zone délimitée : toutes les sources radioactives ou potentiellement radioactives s’y trouvent. « Quand les membres du personnel entrent dans cette zone, ils doivent être porteurs de dosimètres. Ce qui permet de calculer en continu les doses qu’ils reçoivent et de s’assurer qu’ils ne sont pas surexposés, explique Félix Lalle, coordinateur de médecine nucléaire du centre hospitalier de Troyes. De plus, les accès à cette zone sont contrôlés grâce à des portes à badge. Et selon les radioéléments manipulés dans chaque salle, des épaisseurs de plomb ont été appliquées sur les murs afin de pallier tout risque de contamination extérieure. » 

Tep scan

Formation continue et traçage des déchets

Mais les mesures de radioprotection du service ne s’arrêtent pas là. Tout le personnel du service suit périodiquement une formation en radioprotection pour les patients et une formation en radioprotection pour les travailleurs. Elles sont obligatoires. La première est assurée par des organismes externes certifiés. Elle s’organise en modules communs et en modules spécifiques aux métiers, puis, à l’issue « il faut passer un examen pour obtenir la capacité à manipuler des radiopharmaceutiques, souligne le docteur Chetouani. Pour les médecins nucléaires par exemple, il est nécessaire de connaître les règles d’optimisation des examens en adaptant les protocoles à chaque patient (en fonction de son poids notamment, ndlr) et tout en respectant les niveaux de référence diagnostiques communiqués par l’Autorité de sûreté nucléaire ». 

Le second type de formation est assuré en interne. Il permet de revenir sur les bonnes pratiques de base, de s’exercer à l’utilisation de nouveaux matériels ou encore d’expliquer les nouveautés législatives. Ce temps de formation peut par exemple être l’occasion de réviser le circuit de gestion des déchets.

« Ce sont des déchets d’activité de soin principalement. Tous les déchets contaminés par des sources radioactives ou potentiellement contaminés sont tracés informatiquement. C’est-à-dire que nous savons à tout moment quel produit radioactif ou potentiellement radioactif se trouve dans quel circuit, et dans quelle “poubelle” lorsqu’il est en fin de circuit dans notre local dédié, résume Félix Lalle. Une fois arrivés dans le local, on va les entreposer le temps nécessaire à la décroissance de leur radioactivité. » Les deux principaux radioéléments utilisés dans le service ayant des périodes de 2 h et 6 h, le service doit généralement les entreposer trois jours avant de les envoyer vers la centrale de déchets du centre hospitalier. « On compte dix périodes pour avoir un délai d’élimination théorique puis, une fois ce délai passé, la radioactivité est évidemment contrôlée avant toute sortie de notre local dédié », indique encore Félix Lalle. 

« Pour les médecins nucléaires il est nécessaire de connaître les règles d’optimisation des examens en adaptant les protocoles à chaque patient et tout en respectant les niveaux de référence diagnostiques communiqués par l’Autorité de sûreté nucléaire.  »

Docteur Chetouani

Cette procédure qui concerne les déchets radioactifs solides est différente pour les déchets radioactifs liquides produits sur le site, les eaux de nettoyage par exemple. Ils sont aussi gérés en décroissance, mais sont contenus dans deux cuves : une qui, une fois remplie, voit sa radioactivité décroître le temps nécessaire, pendant que l’autre se remplit, et alternativement. 

Ainsi, dans le service de médecine nucléaire du CH de Troyes, tous les déchets radioactifs ou potentiellement radioactifs produits sont gérés en interne. « Aucun déchet n’a une période radioactive supérieure à 100 jours et nous n’avons donc pas besoin de faire appel à l’Andra, rappelle Félix Lalle. En revanche, nous avons l’obligation de lui adresser un inventaire de nos déchets chaque année, un document prouvant qu’ils sont gérés en interne selon la procédure règlementaire.» 

 

(*)Traitement par injection locale d’une substance radioactive afin de détruire la membrane synoviale enflammée responsable entre autres de la destruction du cartilage

 

Local dédié aux déchets
Retrouvez notre dossier complet - Médecine et radioactivité : tout ce qu’il faut savoir
Partager cette page